La Fuite

Conte offert par Linda Donn

Il était une fois une jeune fille intelligente, Gabrielle, qui vivait avec sa petite soeur Ana et ses parents à Paris. Sa famille était très pauvre mais contente. Malheureusement, en 1348, un bateau arriva à Marseille, avec des marchandises, des rats et… une peste horrible. Gabrielle entendit des histoires sur cette peste terrifiante. Les gens de Paris devinrent fous de peur, et commencèrent à tuer les Juifs, car ils les accusaient de propager la maladie. Malheureusement Gabrielle et sa famille étaient Juifs. Alors, une nuit en décembre, une foule sanguinaire entra dans leur maison et enleva ses parents. Gabrielle ne les revit jamais. Gabrielle savait qu’elle devait quitter Paris avec Ana et la nuit suivante les deux filles sortirent discrètement. Les rues de Paris étaient pleines de cadavres monstrueux, avec les doigts noirs et des furoncles remplis de pus, mais Gabrielle était courageuse et elle guida Ana autour des cadavres. Soudain, elle entendit une voix: « Salut! Ça va bien? » Gabrielle se tourna et vit la silhouette grêle d’un garçon maigre avec un chat maigrichon. Gabrielle remarqua que le garçon portait un collier avec une clé d’or ancienne et magnifique. La clé contrastait avec les vêtements sales du garçon et Gabrielle se demanda brièvement si le garçon avait volé la clé. 

 —Tu veux quoi? demanda-t-elle au garçon, qui sourit.  

—Vous êtes les premières personnes vivantes que j’ai vues aujourd’hui. De plus, vous ne semblez pas complètement folles, comme les autres devant l’église.  

—L’église? Quelle église?  

—Saint Germain l’Auxerrois! Tu es née hier? L’église avec les cryptes! Certains disent qu’il y a un passage secret sous le bâtiment qui mène à la Seine.  

La Seine? pensait Gabrielle, on pourrait quitter Paris par la Seine pour voyager vers l’Angleterre!  

—Comment t’appelles-tu? demanda-t-elle au garçon.  

—Pippin! Et vous deux?  

—Je m’appelle Gabrielle et voici ma soeur Ana. Peux-tu nous aider à quitter Paris en suivant le passage secret?  

—Ben oui! De toute façon, cette ville pue!  

Quand les trois jeunes arrivèrent à l’église, une grande foule en désordre les entourait, mais les jeunes la dépassèrent par une porte ouverte et traversèrent la chapelle discrètement.  

—Vous ne pouvez pas entrer ici! cria une voix nasale.  

Les jeunes se retournèrent et virent un chapelain, tout maigre.  

—S’il vous plaît, monsieur, pouvons – …? 

—Non, répondit le chapelain. Je sais que vous êtes Juifs! Je devrais mander la foule-  

—Non, s’il vous plaît, ils nous tueront!  

—Pas de problème, dit malicieusement le chapelain.  

Soudain, le chat de Pippin sauta sur un candélabre et le lança  àterre.  

—Au feu! Mon Dieu, au feu! cria le chapelain, paniqué. Les jeunes s’enfuirent par l’escalier vers les cryptes. Au bout du passage, il y avait un petit bateau derrière une porte rouillée. -C’est verrouillé! dit Pippin, mais il y a une serrure avec un trou très étrange…  

—Pippin! cria Gabrielle, la clé que tu portes autour ton cou, essaie-la! Je pense qu’elle y correspond.  

—Bonne idée! Pippin saisit la clé et l’inséra dans la porte. Comme par miracle`, la porte s’ouvrit, et les jeunes se précipitèrent vers le petit bateau. En un clind’œil, ils embarquèrent et partirent pour une nouvelle aventure. Cric-crac, mon conte est fini! 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :