Megan, Victoria, C-B

Il y avait plusieurs « groupes Facebook » pour partager des ressources quand j’en avais besoin. Aussi, je travaille dans un supermarché et j’ai une douzaine de clients francophones qui m’ont toujours parlé en français, ils m’ont encouragée. Même quand je me promenais dans la rue, les gens me disaient « Bonjour, » à distance, même de l’autre côté du trottoir. 

Quand je travaillais au supermarché pendant ces trois mois, je voyais une grande variété de clients. Je me souviens d’un client qui me fait encore sourire, même en ce moment, en écrivant ce texte. Il avait 5 ans, je crois, et sa mère était son seul parent.  

Il a remarqué la plaque de plexiglass sur les comptoirs et devant la caisse, puis il m’a demandé:  

– Qu’est-ce que c’est? 

 Je lui ai répondu que c’était du plexiglass.  

– Du plexiglass? Il y a de la magie dedans ?  

Et sa mère a dit :  

– Oui, c’est vrai, cela nous protège tous, et cela n’est pas du vrai verre. 

 L’enfant répétait, « Pixieglass ».  

Pendant la pandémie, j’ai vu beaucoup de gens qui aidaient leurs voisins ou les membres de leur famille plus âgés à faire les courses. J’ai aussi entendu des chansons dans les rues et je me rappelle ce que j’appelle les cadeaux de bonheur : des bénévoles qui ne demandaient rien, sauf un sourire en retour. 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :